Aujourd'hui c'est Poema qui nous dit tout sur son parcours capillaire, de la coloration à la décision de laisser la Nature reprendre ses droits. Je vous souhaite une bonne lecture et je remercie Poema pour ce généreux partage ! ;-)

Bonjour tout le monde,

J’ai
40 ans (bon, ok, 41 dans 1mois ½), je suis mariée et j’ai 2 enfants, une fille de bientôt 15 ans et un fils de 12 ans.

J’ai commencé les colorations à 19 ans, durant ma 2ème année d’études, et uniquement par envie de changement. Mes cheveux naturels étaient blonds foncés, plutôt cendrés, et comme beaucoup dans ce cas là, je les trouvais trop ternes…Bref, j’ai commencé par les colorations semi permanentes achetées en grandes surfaces, avec des résultats plus ou moins réussis.

La pire de mes expériences dans ce domaine a été d’essayer le blond « fait maison » (qui s’est révélé donner un jaune/orangé de plus bel effet Beurk !!!). Voulant camoufler tout ça, j’ai couru acheter une coloration châtain clair et là, Bingo : je me suis retrouvée avec les cheveux blonds foncés agrémentés de mèches verdâtres, très visibles au soleil (Au secours) !!! La totale !! Donc passage obligé chez le coiffeur, qui, pour neutraliser le vert a été obligé de me faire une coloration rouge, pffff… Autant vous dire que cela m’a calmée pour quelques temps. Par la suite, j’ai fait  faire mes colorations ou mèches chez le coiffeur, la plupart du temps…

Ci-dessous, souvenirs capillaires : 2001, 2005 et 2007

Sans titreSans titreSans titre

A partir de  2010, je commence à avoir envie de retrouver ma couleur naturelle et demande donc systématiquement aux coiffeurs de me faire un blond foncé cendré…

Ci-dessous 2011 et 2013

Sans titre Sans titre

Sans réel succès : la 1ère semaine, je trouve que mes cheveux sont trop foncés et que ça fait casque, au bout de 2 à 3 semaines maximum, des reflets cuivrés apparaissent, en plus des racines grisonnantes…et je ne veux plus de tout ça.

Début 2014, je commence à me dire que je devrais arrêter, encouragée par mon mari, qui, telle la voix de la sagesse me dit : « De toute façon tu es toujours déçue par tes colorations, si tu veux retrouver ta vraie couleur, arrête d’en faire des fausses !!! ». On ne peut plus logique comme raisonnement,  sauf que je commence à avoir une bonne quantité de cheveux blancs et que j’ai une trouille folle de me « mémériser ».

Février 2014,  je décide de me faire couper les cheveux aux épaules (histoire d’anticiper sur une bicolorité future) et là, erreur fatale, je vais dans un salon dans lequel je n’ai jamais mis les pieds. Bêtement, je cède à la coiffeuse qui insiste TRES lourdement pour me « les dégrader un peu, pour leur donner du volume ». Sauf que la coiffeuse en question s’est révélée être une psychopathe capillaire, qui a massacré ma coiffure en me faisant un dégradé des années 80, pas loin de la coupe « Mac Gyver » (je vous promets que j’exagère à peine). Conclusion, je me dégonfle : coupe horrible et cheveux blancs, c’en est trop pour moi, dès Mars, je refais une couleur…A la suite de celle-ci, j’ai le cuir chevelu en feu qui se met à peler (1ère fois qu’il m’arrive un truc pareil).

Le 7 Juin 2014, mes cheveux ont repoussés sur le dessus, la coloration s’est tellement oxydée que je suis presque rousse. Je décide de refaire une DERNIERE coloration d’un ton plus foncé, soit un châtain clair.

Sans titre

Bref, ma décision est prise, je suis psychologiquement prête, cette fois c’était vraiment la dernière, d’ailleurs, je ne me reconnais pas (ras le bol de cet effet casque) !!! J’ai été rapidement confortée dans ma décision, par une jolie réaction allergique : démangeaisons ++ du cuir chevelu avec sensations de brûlures, celui-ci s’est ensuite mis à peler entrainant une chute de cheveux impressionnante !!! Mon corps a donc dit stop, lui aussi, à tous ces produits chimiques !!!

Bicolorité 

Septembre 2014, mes racines striées de gris commencent à bien se voir, je suis envahie de doutes sur mon envie de retour au naturel et commence à surfer sur le net. Et là miracle, magie du net, je tombe sur le blog de Citronjaune !!! Je lis tous les articles et me trouve soutenue et encouragée dans ma démarche. 

Sans titre

Sans titre

Je me rends compte que j’ai beaucoup plus de cheveux blancs à droite qu’à gauche, du coup, je contrarie mes cheveux (plus facile à dire qu’à faire à cause d’un vilain épi, LOL) et les coiffe du côté le moins gris afin de m’habituer à ces changements.

Mon mari, mes enfants et ma famille proche  me soutiennent et ça, c’est que du bonheur !!Mes ami(e)s sont partagé(e)s, certain(e)s me soutiennent, d’autres sont carrément horrifié(e)s.

Il me faut plusieurs mois pour m’y habituer, je passe un entretien d’embauche en septembre et suis retenue pour le poste (ça alors, je ne fais peut-être pas si négligée que ça, alors ;-) !!). J’intègre mon nouveau poste en Décembre et n’essuie aucune réflexion désobligeante particulière.

Je passe au shampoing bio, en septembre également, et jette mon dévolu sur le shampoing Santé orange/coco, après en avoir essayé un certain nombre… Les mois passent, j’évite de passer du temps devant le miroir et je tiens le coup grâce à vous toutes et votre bienveillance envers toutes les futures Givrées que nous sommes, alors merci à vous toutes !!!

Juin 2015, voilà, j’en suis à 1 an sans coloration et je ressemble à ça :

Sans titreSans titre

J’accepte de mieux en mieux cette bicolorité. D’ailleurs, l’arrêt des colorations me fait penser au sevrage tabagique (réalisé pour moi avec succès il y a maintenant 7 ans). Tant que la décision d’arrêter n’est pas prise, ça peut sembler inaccessible, irréalisable, mais une fois l’arrêt effectif, ça devient une évidence, c’est presque facile, à se demander pourquoi on n’a pas essayé d’arrêter plus tôt !!

Août 2015, je passe chez le coiffeur souhaitant couper le maximum de longueur colorée. Contre toute attente, j’en suis dissuadée par la coiffeuse qui comprend vite que j’aime avoir une certaine longueur et que je suis traumatisée (à vie) par le dégradé (MDR). Je décide de les coiffer à nouveau du côté gauche, assumant ce givre qui, lui, me ressemble :

Sans titreSans titre
Sans titre

Je trouve que ma bicolorité n’est pas trop choquante, une sorte de Tie & Dye à ma façon, quoi…à moins que je ne me soit juste habituée.

Bref, je compte repasser chez le coiffeur en fin d’année et vous montrerai l’évolution de tout ça.

Bises à toutes les Givrées et encore un grand MERCI à Citronjaune.

Belle journée...